Espace Artémis

Connexion :

Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Pas de connexion ?

Une fois enregistré, vous bénéficierez des fonctionnalités suivantes :

- suivi des pages lues et vues
- à chaque page lue, vous augmentez vos points d'expérience et votre niveau
- peu à peu vous aurez accès à l'intégralié du texte
- accès à la création de personnage

L'enregistrement prend moins d'une minute.

Pour connaitre toutes les fonctionnalités cliquez ici.

Pour vous enregistrer, cliquez ici.

Les Enfants de l'Aurore > Je suis un Enfant de l'Aurore > Maxiam Bell, kidnappé pour son bien > section 1

 

© stock.xchng / tolga ulusoy

Maxiam Bell, kidnappé pour son bien > section 1

 

Maxiam Bell, kidnappé pour son bien

Pour moi, apprendre que j’étais un Enfant de l’Aurore n’a pas été une révélation. Je m’en doutais bien avant le jour où John Yu vint chez mes parents pour me parler. A ma naissance, des tests génétiques ont révélé des combinaisons de gènes inédites, mais sans danger pour ma santé. Mes parents furent contactés par les Protecteurs qui les mirent en garde contre le danger que court un enfant surdoué. J’ai ainsi grandi sous la protection discrète de cette organisation composée de vétérans de la Guerre de l’Aurore et leurs conjoints.

Une grande partie de cette protection consistait à camoufler mon potentiel : mon dossier médical avait été effacé de toutes les bases de données et remplacé par un dossier moins complet qui ne mentionnait pas mes particularités génétiques. Tous mes résultats scolaires ont également été modifiés. Si nos ennemis tentent de nous retrouver par les statistiques, ils ne verront rien.

Vers mes sept ans, mes parents m’ont expliqué que je pouvais plus suivre les cours de l’école que je fréquentais jusque là. Mes dons devenaient trop criants et j’ai commencé à suivre des cours particuliers. Et pourtant, comme n’importe qui, j’ai un dossier scolaire complet dans les archives de l’école de mon quartier, un faux bien sûr - juste au cas où...

Progressivement, mes parents m’ont fait comprendre le danger que je courais. Au début, j’ai trouvé cela terriblement injuste. J’ai refusé de suivre tous leurs conseils et je faisais étalage de mon génie, au risque de saper tout le travail des Protecteurs. Ces derniers n’ont pas pris de risque, et pour m’empêcher de disparaître, ils entreprirent de me donner une bonne leçon : ils organisèrent tout simplement ... mon enlèvement ! Je n’ai rien vu venir. J’attendais une navette à un arrêt et en quelques secondes, je me suis retrouvé sur une motorep lancée à 300 km/h. Puis je fus amené dans une ville en ruine où m’attendait une bande de faunards. Déjà terrorisé, imaginez mon état lorsqu’ils parlèrent de m’implanter un module d’esclavage !!!

Ils me paralysèrent et m’enfermèrent. Ils avaient pris soin de m’injecter un psy-bloquant qui m’empêchait de contacter mes parents par l’espace-psy. J’avoue que ce jour-là, j’ai eu la plus grande peur de ma vie. Je me voyais déjà passer ma vie à travailler dans de lointains laboratoires, fabriquant des machines de guerre pour le compte de je ne sais quelle puissance tyrannique, passer à côté de toutes les bonnes choses de la vie, et surtout ne plus être libre ! Ces salauds sont même allés jusqu’à me mettre dans une navette et simuler un départ du système Terr.

Lorsqu’ils ont levé le masque et que mes parents sont venus me chercher, j’étais furieux, mais encore plus terrorisé. Après quelques jours passés à récupérer, j’ai alors accepté de jouer le jeu des Protecteurs. Et croyez-moi, cette leçon, je ne l’ai jamais oubliée !

 

 

 


 

© Les textes et les images sont la propriété de leurs auteurs !